Sélectionner une page


Voici la suite de l’article Va vers toi – Part.I

Je continue donc d’explorer cette ordre de mission « lekh lekha » (va vers toi-même ou marche vers toi-même), appel donné initialement à Abram (voir Genèse 12:1) et dont j’ai été aussi convaincu pour ma propre vie. Depuis, tout a été bouleversé.
Je veux revenir sur ce « lekh lekha » que nous retrouvons deux fois, dans le Cantique des cantiques, mais adressé à une femme, donc sous la forme de « lekhi lakh » et précédée d’un « koumi lakh » (lève-toi vers toi).
Dans l’image d’introduction, nous voyons une version interlinéaire du Cantique des cantiques, chapitre 2:10-13 (attention, l’hébreu se lit de droite à gauche !)

D’un point de vue linguistique, les choses ont été posées dans la Part.1, Maintenant par rapport aux traductions francophones la nuance a été fréquemment ignorée. En principe, le plus souvent, nous lisons ces versets comme ceci:
Cantique des cantiques 2:10
 : « Il prend la parole mon bien-aimé. Il me dit : Lève-toi, ma compagne, ma belle, et viens ! ».
Cantique des cantiques 2:13 : « Le figuier forme ses premiers fruits, et les vignes en fleur exhalent leur parfum. Lève-toi, ma compagne, ma belle, et viens ! »
Néanmoins, dans le « Le Grand Livre du Cantique des Cantiques » de Patrick Calame et Frank Lalou, vous verrez qu’il y a une version interlinéaire (texte français sous le texte hébreu en mot à mot) et vous pouvez voir le «Lève-toi vers toi» et le «Va vers toi !»
André Chouraqui, dans sa  version traduit ainsi les versets 10 et 13 : «… Lève-toi vers toi-même, ma compagne, ma belle, et va vers toi-mêm»
Et tout récemment (2017) Jean-Yves Leloup, dans sa traduction de ces mêmes versets, les rend ainsi :  « ... lève-toi mon amie , ma belle et va vers toi-même ! »

Ce livre du Cantique des cantiques a plusieurs niveaux de lecture ; parmi ces interprétations, une donne le rôle du bien-aimé à Christ en nous et celui de la bien-aimée à notre âme, notre être intérieur, ce qui donne beaucoup de relief au texte et une image très parlante.
Chaque fois qu’il nous appelle, qu’il nous appelle dans sa présence, chaque fois qu’il nous dit: « Viens », cela signifie « Va vers toi », car c’est là qu’il réside et se rencontre.

Beaucoup disent, parlant de l’« homo erectus », que lorsque l’homme se serait levé et aurait marché, cela aurait été le départ d’une nouvelle ère dans l’histoire humaine. Aujourd’hui encore, lorsque l’homme se lève et marche vers lui-même, c’est aussi le commencement d’une nouvelle ère pour sa vie personnelle.

Avec cet éclairage, les « lève-toi et marche  » de Jésus prennent une saveur particulière. Combien, concernant leur vie spirituelle, se sentent comme ces hommes, incapables, infirmes, dépendants des autres ou d’un signe extérieur  et ont besoin d’entendre ce « lève-toi et marche  » !

A suivre